Fil sans réponse

"Kroaz du" ou "Gwenn-ha-du"?


Auteur Message
le : 04. 05. 2009 [18:59]
Yann-Ber TILLENON
Yann-Ber TILLENON
Inscrit depuis: 26.12.2006
Interventions: 182
L'Entretien L'Entretien
Thierry Dorance-Houssay
Pôle Emploi Ouest
letelegramme.com


Bretagne
Finale de la Coupe de France. L'hymne breton au stade de France ?


L'hymne breton pourrait retentir le samedi 9 mai dans l'enceinte du Stade de France "au cours de l'heure précédant le match" de la finale de la Coupe de France opposant Rennes à Guingamp.

"Considérant qu'il est exceptionnel de voir s'opposer deux clubs d'une même région en finale", le président du Conseil régional de Bretagne Jean-Yves Le Drian (PS) avait demandé au président de la Fédération française de football (FFF) Jean-Pierre Escalettes de pouvoir faire jouer le "Bro gozh ma zadoù" (Vieux pays de mes ancêtres) dans le stade.

A l'étude...
Dans sa réponse, la FFF a fait savoir qu'elle recherchait "la possibilité d'intégrer l'exécution de l'hymne breton dans la chronologie des événements, au cours de l'heure précédant le match", a rapporté le Conseil régional.

Le "protocole strict" de la finale ne sera toutefois pas modifié "pour des raisons de principe et pour ne pas créer des précédents", a ajouté la FFF.

Stade de France ou d'ailleurs peu importe! Ce qui est important, c’est de constater le phénomène d’écho, l’évolution historique. En 1898, François Jaffrennou-Taldir (1879-1956) du premier Emsav (mouvement révolutionnaire breton) ne pensait certainement pas à un engouement pour son chant au « Stade de France ». Il a traduit l’hymne national gallois « Hen wlad fy nhadau » en « Bro gozh va zadoù » pour en faire l’hymne national breton. C’était, à l’époque, une provocation subversive !!!...

De la même façon, le duché de « Bretaigne » avait et a toujours un drapeau. C’est la croix noire sur fond blanc. Morvan Marchal, (1900-1963), un des responsables du deuxième Emsav (1919-1939) a créé en 1923 le « Gwenn-ha-Du » à rayure pour le remplacer. C’est notre drapeau national de l’Emsav, de la république « Breizh » en évolution. Il fut, bien sur, interdit très longtemps par les autorités françaises. Il flotte bienheureusement maintenant sur de nombreuses mairies de Bretagne. C’est une victoire décalée de l’Emsav.

L’histoire, c’est long !... Il faut parfois plusieurs générations pour que soient récupérées, mises en place, les créations des ancêtres. C’est valable sur le terrain artistique comme sur le terrain politique ou linguistique… Le « révolutionnaire » est un artiste qui continue à créer en dépit des incompréhensions. Il sait que son travail sera reconnu un jour ou l’autre.

Aujourd’hui, de la même façon, le breton de la revue littéraire « Gwalarn » (1925-1944), décrié à l’époque, est devenu officiel dans les écoles « Diwan ». Il n’y a pas besoin d’être un grand voyant pour comprendre que le néo breton moderne et les dictionnaires créés par les éditions marginales « PREDER », du troisième Emsav, deviendront certainement officiels au 21e s dans l’État « Breizh » fédéré dans la grande Europe…

Yann-Ber TILLENON.
Pièce jointe

ÉCU.jpg (Type: image/jpeg, Taille: 48.05 KO) — 203 téléchargements